BIENVENUE SUR LE SITE DE LA VILLE DU CARBET
BIENVENUE SUR LE SITE DE LA VILLE DU CARBET

Les Trésors du Carbet

La Ville du Carbet recèle de joyaux insoupçonnés, de l’intérieur des terres jusqu’au rivage de ces 7 km de sable noir, cette commune nichée entre les majestueux Pitons du Carbet vous ouvre ces portes. Le Carbet respire le calme et la tranquillité. Petite commune de pêcheurs, elle dispose de nombreux atouts ; plage de sable noir, jardins, randonnées, distillerie, habitations. Le balnéaire est présent avec un rivage majestueux qui invite à la promenade, le tourisme vert avec son Canal des Esclaves, ces jardins, son zoo, sa culture et son patrimoine sont ancrés dans la pierre avec ces habitations, sa distillerie, son musée, sa place. Son développement est passé par le cacao, le rhum, la transformation du poisson, ses épiceries traditionnelles, ses kiosques artisanaux, une vie associative riche avec ses rencontres intergénérationnelles.
Une ville authentique qui a gardé son cachet avec des petites cases créoles en bois en maçonnerie qui résiste au temps sur la route principale de la ville. Le Carbet s’est aussi, ses animations qui sont présentes chaque année, parmi elles : la Fête du Poisson, le Kou’d zin

Le Carbet vous sera conté tout au long de cette rubrique qui vous fera voyager dans cette commune en mouvement. Aujourd’hui, il est fondamental de savoir l'histoire de notre pays pour comprendre la société dans laquelle nous vivons. 

 

 

Le Viaduc du Carbet

Situé  à l’Anse Turin au niveau de la RD62, cette  imposante structure en arc de  pierre permettait la traversée des deux communes Saint-Pierre et Carbet.

Ce viaduc qui permettait le transport de l’indigo et du cacao  traversait  l’habitation Anse Latouche qui a gardé quelques vestiges du passé.

 

Jusqu'au milieu du 19e siècle, l'ancienne route reliant Saint-Pierre au Carbet, à l’intérieur des terres, passait par ce pont. L’abbé Goux, qui administra la paroisse du Carbet de 1835 à 1861, entreprit l'agrandissement du tunnel du “ Trou au Chat”. Ces travaux ont permis de construire la voie côtière car auparavant la traversée de ce “Trou au Chat” qui relie le Carbet à Saint Pierre, se faisait en rampant. L’Abbé Goux a marqué cette ville du Carbet, car il s’est investi sans compter dans des actions humanitaires pour aider la population.

L’histoire décrit bien cet entêtement de l’abbé à travers ces quelques lignes:  « En 1848, il y a eu au Carbet un curé du nom de  l’Abbé Goux qui a écrit  un catéchisme en créole. Il s’est trouvé devant un problème un peu inattendu : en effet les habitants qui ne voulaient pas se mouiller les pieds en traversant la rivière du Carbet se faisaient porter en échange d’une petite pièce au porteur. Pour mettre un terme à cette situation, l’abbé Goux entreprit, sur ses fonds personnels, la construction d’un petit pont qui fut emporté l’année suivante par la rivière en crue. Loin d’être découragé il entreprit à nouveau la reconstruction de l’ouvrage qui comme la fois précédente fut emporté par la rivière. Il s’obstina à plusieurs reprises avec le même échec avant de décider enfin de passer la main au gouverneur car il ne disposait plus de moyens financiers. Le gouverneur construira un gué qui permettra aux habitants de traverser à pied.”

 

Le viaduc du Carbet est un pont en pierre, moellon et brique constitué de deux arcades et reposant sur un pilier central et deux piliers latéraux. Le pont d'une hauteur maximale de six mètres au dessus du lit de la ravine se situe à moins d'une centaine de mètres en amont de l'embouchure de la ravine. On notera la présence de deux niches concaves placées de part et d'autre du pilier central et de deux arcs en brique extradossés régulièrement. Le viaduc est la propriété de la ville du Carbet. Il  est inscrit à l’inventaire général du patrimoine culturel.

Ce viaduc qui  a résisté aux aléas climatiques et aux dégâts des eaux attire aujourd’hui touristes et visiteurs. Son imposante structure , figée dans le temps, expose les prouesses de ces ouvriers qui ont construit cet ouvrage bien ancré dans notre patrimoine.

 

Anse Turin : Une falaise historique

A la sortie du Carbet vers Saint Pierre, juste avant le tunnel, la falaise qui surplombe la plage de l'anse Turin est criblée de trous parfaitement circulaires. Il s'agit de centaines d'impacts de boulets de canon, tirés depuis le large par les navires Anglais au début du XIXème siècle. Les habitants de Saint Pierre qui recevaient régulièrement, la nuit,  la visite de la marine Britannique prête à reconquérir la Martinique avaient cette fois là imaginé un stratagème pour détourner le tir de l'ennemi de toujours. Des lampes à pétrole, faisant croire aux lumières de la cité,  avaient été disposées sur la falaise à l'écart de la ville.

 

Si vous êtes un peu curieux et bons observateurs, vous apercevrez une multitude de trous dans la falaise qui se trouve face à la mer. Cela daterait du 19ème siècle, lorsque la marine Britannique a tiré des boulets de canon pour reconquérir la Martinique ! En 1666 et 1667 les Anglais tentent plusieurs fois d'investir la région de Saint Pierre mais leurs débarquements se heurteront à une défense résolue des Français. La falaise de l'Anse Turin porte encore les marques de ces farouches batailles à travers les nombreux trous de boulets Anglais.

Ces trous sont un refuge aujourd’hui pour les hirondelles et autres oiseaux migrateurs. En observant les hirondelles à ventre blanc qui viennent s’y réfugier, on s’aperçoit qu’elles ne sont pas les seuls locataires des vestiges de cette guerre.

Un couple de tourterelles a construit lui aussi son nid dans un trou de boulet, à environ 5 mètres du sol, profitant d'une habitation en dur et bien abritée, avec vue sur mer au soleil couchant.

Cette falaise de l’Anse Turin avec ses stigmates de l’histoire est à découvrir.

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© mairie du Carbet